• Madame Figaro

    En Inde, des femmes poussées à se faire retirer l'utérus pour travailler plus

    Quelque 4500 femmes en trois ans poussées à se faire retirer l'utérus : c'est le terrible constat de deux études de terrain menées dans la région de Bid, en Inde. Les victimes, des ouvrières agricoles, étaient obligées par leur employeur à subir une hystérectomie pour pouvoir travailler sans s'arrêter.

  • Foot - Justice - Meurtre de William Gomis : trois individus en détention provisoire

    Trois personnes ont été placées en détention provisoire dans l'enquête sur le meurtre de William Gomis, ex-défenseur de la réserve de Saint-Étienne, en septembre dernier.

  • Tous sports - Inna Shevchenko, souvenirs d'un corpsde Femen

    L'Ukrainienne Inna Shevchenko, 28 ans, figure du mouvement féministe des Femen, raconte les manifestations seins nus, la répression, la torture.

  • Foot - Copa America - Neymar a rendu visite à la Seleçao

    Forfait pour la Copa America, Neymar est venu voir ses coéquipiers brésiliens vendredi.

  • Dis-moi qui tu biaises et je te dirai qui tu es

    Le développement de l’étude du cerveau permettent de montrer le fonctionnement de certains de nos comportements que l’on désigne aussi par des biais. Ceux-ci, souvent entretenus par des préjugés, ont tendance ...

  • "La meute" condamnée pour viol en Espagne : 5 hommes de retour en prison

    En Espagne, les cinq hommes connus sous le nom de "La meute", "La manada", ont été finalement reconnus coupable de viol collectif et condamnés à 15 ans de prison. Un soulagement pour la victime et les associations de défenses des femmes espagnoles.  Ce crime a été commis en juillet 2016 lors des fêtes de la San Firmin à Pampelune. Moins d'un quart d'heure après avoir rencontré une jeune femme d'à peine 18 ans et ivre au moment des faits, les cinq  hommes l'avaient violée à plusieurs reprises avant de voler son téléphone et de la laisser à moitié nue. Ils avaient ensuite diffusé les images de leur crime sur un groupe WhatsApp. Parmi les violeurs, un militaire et un garde-civil qui écope de deux ans de prison de plus que les autres pour avoir voler le téléphone de la victime. La procureure Isabel Rodriguez a fait valoir que les cinq hommes âgés de 24 à 27 ans de "forte stature", avaient tiré avantage de leur supériorité pour commettre ce viol. Elle a expliqué que la victime n'avait pas eu d'autres choix que "d'adopter une attitude de soumission et non de consentement". La cour a donc conclu au viol à l'unanimité.   Cette affaire a été le détonateur d'une mobilisation féministe sans précédent par-delà les Pyrénées. Car en 2018, c'est pour abus sexuel que les cinq hommes avaient été condamnés à 9 ans de prison et non pour viol. Ils avaient même été remis en liberté provisoire en juin, il y a un an. Depuis, le gouvernement socialiste entend réformer le code pénal pour introduire la notion de consentement sexuel explicite, sur le modèle de la Suède, où tout acte sexuel sans accord clair est considéré comme un viol.

  • Madame Figaro

    "Kaiser Karl", le vrai visage de Lagerfeld, derrière le masque du Kaiser

    Quatre mois après la mort de Karl Lagerfel, la journaliste Raphaëlle Bacqué publie Kaiser Karl , la première biographie du couturier légendaire et ex-directeur artistique de Chanel.