• Un front de beû

    Le gouvernement de Philippe Couillard a sauvé le Québec. Il faut un front de beû pour dire cela après une débarque­ électorale. Même si c’était vrai, monsieur Couillard aurait dû remercier les Québécois qui ont enduré sa méde­cine, pas se péter les bretelles et leur dire­­ qu’ils ne comprennent rien à rien. Aussitôt que les vannes à cash seront ouvertes en prévision des élections en 2018, le déficit zéro ne sera qu’un feu de paille, parce qu’on a coupé sans réformer. Je pensais à cela en regardant la manif pour un réinvestissement massif dans les CPE. Maladie mentale L’affaire Frédérick Gingras, cet homme­­ schizophrène et toxicomane qui a semé la terreur entre Pointe-aux-Trembles et Brossard

    Le Journal de Québec q
  • Tendance : quand les odeurs de saleté se mêlent aux parfums de saison

    La saleté et la parfumerie ont toujours fait bon ménage. A petite dose, la sueur, le sperme (la mystérieuse note S de Cologne de Mugler !), bref les sécrétions, dégoûtent moins qu'elles n'attirent irrémédiablement, comme toute molécule que le nez a connue dans des situations agréables. Aujourd'hui, cette notion se réinvente dans un esprit plus nature. Aux peaux pas très propres ont succédé les odeurs de poussière, de terre, voire de sous-bois. Sur le papier, l'histoire ne fait pas envie mais c'est le cerveau, à travers le nez, qui décide. Or les odeurs explorées dans l'enfance sont celles qui communiquent avec notre cerveau reptilien, connecté aux émotions. Comme des réminiscences de cette première

    Grazia.fr q
  • Pour Noël, louez votre sapin (et sauvez-le après les fêtes)

    Et pourquoi ne pas louer son sapin de Noël ? La start-up Treezmas propose un service innovant de location de sapins. N'hésitez plus, adoptez-le.

    Grazia
  • Quand le travail nous dévore

    Si le travail participe à la réalisation de soi, il sait aussi devenir dangereusement intrusif. Contexte économique, nouvelles formes de management, tout concourt à ce que nous nous impliquions sans cesse davantage. En faisons-nous vraiment trop ?

    Psychologies
  • McDavid n’est pas content

    Connor McDavid ne se laisse pas faire. Le joueur étoile des Oilers d’Edmonton affrontait jeudi soir les Flyers de Philadelphie et un certain Brandon Manning. Ce dernier, on se souviendra, était entré en collision avec McDavid l’année dernière. Le jeune attaquant s’était gravement blessé et avait alors été limité à seulement 45 rencontres à sa saison en tant que recrue. Ce soir, Manning a été très volubile sur la patinoire et a laissé entendre que le geste à son endroit l’an passé n’était pas un accident. McDavid, qui a marqué en avantage numérique lorsque Manning était sur la glace, lui a lancé quelques injures (à voir dans la vidéo ci-dessus). «J’ai fait tout ce que je pouvais pour le protéger

    TVA Sports q
  • Ces aliments qui renforcent l’immunité

    Infections ORL, digestives, pulmonaires… Malgré nos défenses naturelles, il arrive que nous résistions mal aux agressions et que nous tombions malades. Cette vulnérabilité, le nutrithérapeute Jean-Paul Curtay l’explique en trois points : nous sommes trop fatigués, nous manquons de certains nutriments clés et enfin, nous consommons des aliments qui profitent aux agents infectieux. Grâce à l’immuno-nutrition, il nous explique comment renforcer notre immunité en commençant par optimiser notre alimentation.

    Psychologies
  • À la Ron Hextall

    Carey Price a lancé un message qui rappelait celui de Ron Hextall à ses beaux jours avec les Flyers de Philadelphie. Il n’acceptera plus qu’on le ­renverse inutilement. Kyle Palmieri a subi les ­foudres de Price en première période. Après un contact avec l’homme masqué du CH, Palmieri a reçu quatre coups de bloqueur, un ­derrière la tête et trois dans les côtes. «Je me suis fait renverser lors du premier but et je ne voulais pas revivre ça, a dit Price. Je me suis laissé ­emporter.» Le numéro 31 du CH a refusé de parler d’un message qu’il lançait aux joueurs des Devils, mais également aux autres équipes de la LNH. «Je vais me défendre, c’est tout, a-t-il expliqué. On dirait que c’est maintenant

    Le Journal de Montréal q
  • Mode de garde : les parents ont moins recours aux assistantes maternelles

    Les enfants sont de moins en moins confiés aux assistantes maternelles. Cette tendance à la baisse est confirmée dans le dernier rapport de l'Observatoire national de la petite enfance.

    Topsante
  • Critiquer une religion est-il une maladie mentale ?

    La ministre Stéphanie Vallée fait encore une fois face à la critique avec son projet de loi 62 dit de « neutralité religieuse ». Le gouvernement libéral a l’honnêteté (ce qui ne lui arrive pas souvent...) de ne pas insérer le mot « laïcité » dans le projet de loi. On aurait tort de s’en offusquer, cette coquille vide ne contient rien, ou si peu, qui puisse s’approcher d’une quelconque définition de ce qu’est la laïcité. Le PLQ pourra au moins se targuer d’avoir légiféré, surtout après le fiasco du projet de loi sur le discours haineux l’an dernier. Ce dernier, qui n’a que trop peu fait parler de lui, n’en était pas moins extrêmement dangereux pour une société qui se prétend libre. Le « discours

    Le Journal de Montréal q
  • Énergie Est : un comité sénatorial suggère un autre tracé pour le pipeline

    Ce trajet aurait comme avantage d'amoindrir la hausse du trafic de pétroliers dans la baie de Fundy et de permettre que la Nouvelle-Écosse « ait sa part de retombées », selon les sénateurs. Chez le promoteur du projet, TransCanada, on indique toutefois que cette option n'est pas actuellement sur la table. Dans ce rapport provisoire qui prend clairement position pour la construction de davantage de pipelines au Canada, le comité sénatorial permanent des transports et des communications propose également une modernisation de l'Office national de l'Énergie (ONÉ) et l'élargissement de son mandat. Et surtout: il suggère que ce soit cet organisme de régulation fédérale qui ait le dernier mot dans l'approbation

    Radio-Canada.ca q
  • Vianney, Vianney

    Double écueil : c’est l’album qui suit le premier, succès canon qui a projeté Vianney dans l’air raréfié des sommets. C’est aussi l’album que l’on écrit pendant et après une rupture amoureuse, raréfiant l’air tout autant. Vianney, qui pond de la chanson comme d’autres se font des oeufs tournés, raconte à mesure, et ça donne forcément un deuxième disque moins jojo que le précédent. Dès Sans le dire, le ton est donné : « Tu dis que tu t’en vas / Mais je voudrais rester / Dans l’angle de tes bras ». Suit Je m’en vais, tout est consommé : « Ce qui m’emmène / Ce qui m’entraîne / C’est ma peine / Ma peine plus que la haine ». Constats durs, musiques jamais plombées : ce type a la mélodie chevillée

    Le Devoir q
  • Richard Curnier : "La CDC doit être volontariste"

    Mutation urbaine, transition énergétique, révolution numérique… Les sujets d'engagement ne manquent par pour la Caisse des Dépôts. Surtout qu'ils sont stratégiques et s'entremêlent, comme l'explique son ...

    La Tribune
  • Plan d'action contre l'itinérance: après 2 ans, manque de moyens et de volonté

    MONTRÉAL – Deux ans après l’adoption du plan d’action interministériel en matière d’itinérance, des groupes concernés se plaignent du manque de volonté politique pour le déployer et du manque de moyens dont il dispose. Quelques-uns de ces groupes ont rencontré la presse, mercredi à Montréal, pour faire le point sur le déploiement de ce Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020. D’abord, ils déplorent que le plan ait été mis en oeuvre de façon inégale selon la région. Dans certains cas, les ministères visés ont effectivement rencontré des groupes communautaires de leur région et ont commencé à travailler de concert. Mais dans bien des cas, le tout a traîné et traîné, ce qui fait que

    L'Actualité q
  • La famille royale britannique habillée pour l’hiver

    Au musée de cire de Madame Tussaud, la famille royale a eu droit à un traitement spécial pour Noël. C’est pour sensibiliser le public et récolter des fonds que l’ONG Save the Children a proposé d’habiller toute la famille avec de beaux pulls brodés de sports d’hiver. Le public est invité à faire de même et porter ses plus beaux chandails le 16 décembre, sans oublier de donner deux livres sterling à l’association.

    euronews videos
  • 10 célébrités parlent de la violence envers les femmes (10 photos)

    [All photos : Getty] Mardi, nous avons commémoré le 27ème anniversaire du massacre de l’École Polytechnique. Le 6 Décembre 1989, Marc Lépine, âgé de 25 ans, est entré dans l’École Polytechnique armé d’une carabine Mini-14 et d’un couteau de chasse. Il a poignardé et tiré sur 27 personnes, tuant ainsi 14 femmes avant de retourner son pistolet contre lui-même. Bien que cet événement malheureux ait eu lieu il y a un quart de siècle, il reste, aujourd’hui encore, important et significatif. D’après la Canadian Women’s Foundation, la moitié des femmes de plus de 16 ans vivant au Canada ont vécu au moins une fois un incident de violence physique ou sexuelle. Et chaque nuit au Canada, 3 491 femmes et leurs 2 724 enfants dorment dans des refuges car ils ne sont pas en sécurité chez eux. Erica Rae Chong Yahoo Canada Style

    Yahoo Style International
  • Rambo: l’habit fait le moine

    Nouvel engouement des médias: Bernard «Rambo» Gauthier, dont on connaît les pratiques syndicales comme agent d’affaires de la FTQ sur la Côte-Nord. Et pour cause, il se lance en politique avec son propre parti, Citoyens du pouvoir du Québec (sic) pour éviter la guerre civile qui menacerait «tabarnak» le Québec. Bernard Gauthier a été condamné entre autres pour intimidation sur les chantiers contrôlés par La FTQ. Désormais, il veut battre la «plante verte» du PQ dans le comté de Duplessis, Lorraine Richard. Rambo possède un casier judiciaire, il tire à boulets rouges sur tous ceux qui s’opposent à ses méthodes viriles et il se croit investi de la mission — hé oui! — de sauver le Québec. Bernard

    Le Journal de Montréal q
  • Un débat bilingue difficile pour certains candidats à la direction du PCC

    Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair   Déjà, avec 14 candidats qui disposent d'un peu moins d'une minute pour répondre à une question, il est difficile de se faire une impression. Ajoutez à cela une formule bilingue, qui permet aux politiciens de passer du français à l'anglais à leur guise, et la chose se complique encore un peu. C'est de cette manière que se sont affrontés les aspirants chefs du Parti conservateur. Malgré la flexibilité dans la forme, la difficulté de certains candidats à s'exprimer en français est ressortie. Si tous se sont exprimés dans cette langue, certains avaient le regard fixé vers leurs notes écrites. Plusieurs reconnaissent qu'ils ont encore des efforts à faire pour

    Radio-Canada.ca q
  • Côte d'Azur : un élu condamné pour agression sexuelle sur une fillette de 9 ans

    JUSTICE - Il a écopé de trois ans de prison dont 18 mois avec sursis avec possibilité d’être placé sous surveillance... 

    20minutes.fr
  • Les élus de Saint-Augustin au service de Loranger, lance Labeaume | Valérie Gaudreau

    «Les élus de Saint-Augustin suivent les directives du maire de L'Ancienne-Lorette au doigt et à l'oeil, c'est ça la vérité. Ils sont totalement de connivence. C'est un peu ridicule, mais c'est ça», a tranché M. Labeaume en mêlée de presse mercredi. «Le maire de L'Ancienne-Lorette va faire sa prochaine campagne électorale sur le dos de la Ville de Québec», a-t-il ajouté. Mardi, les élus de l'administration de l'ancien maire Marcel Corriveau, majoritaires au conseil et opposés au maire Sylvain Juneau, ont voté pour que Saint-Augustin laisse en plan sa poursuite contre la Ville de Québec sur le partage de la quote-part d'agglomération. L'objectif est de laisser la voie libre à celle de L'Ancienne-Lorette

    La Presse q
  • La réaction d’Hugo Clément, journaliste de Quotidien, suite à son agression

    L'attaque a été violente. Alors qu'il était en reportage lors d'un meeting de Manuel Valls, le journaliste Hugo Clément de l'émission Quotidien a été agressé par un militant très énervé. Sous le choc, il lui a fallu quelques heures avant de réagir et d'analyser ce qu'il avait subi.

    Gala-news